En arrivant à cette mission de Quellouno, ce texte de Lucas était gravé en moi et chaque jour où je lève les yeux et que je vois les montagnes de cet endroit, cela me remue et me motive à être un compagnon de route avec Mary. Les Carmélites Missionnaires sont dans cette belle vallée depuis plus de 25 ans.

Je suis Celia Beatriz Altamirano Díaz, Carmelita Misionera, je suis âgée de 43, fille d'immigrés pressés, basée dans un quartier du cône sud de Lima. Aspect que je considère important dans ma vocation missionnaire, car enfant, cette réalité me permettait de voir et de ressentir ce qui se passait autour de moi, en particulier à cause de ce que nous avons vécu à l'époque du terrorisme ou du conflit armé interne au Pérou (1980-2000). Dans ce contexte, j’ai eu l’occasion de vivre trois ans de mon enfance sur la terre de mes parents et c’était assez de temps pour comprendre le quechua, je suis imprégné de moi comme faisant partie de mon identité et je suis pressé de rechercher la visibilité des plus pauvres et des plus pauvres. Ils ne sont pas compris dans leur langue maternelle. Aujourd'hui, le quechua est pour moi un précieux instrument de communication et d'approche culturelle.

Mission pour la montagne

Ma communauté missionnaire à Quellouno est composée de trois soeurs: Ana María, Rosa et Isabel. Le district est situé dans la province de la Convention, département de Cusco.

Depuis que 2014 est arrivé, je suis entré progressivement dans cette réalité avec beaucoup de vie pour sa végétation, avec une eau abondante, visible dans les belles cascades qui ornent les montagnes et les rivières, où convergent les eaux de la montagne.

Route missionnaire

Le travail d'évangélisation dans ce lieu soit fondamentalement un compagnon sur le chemin de ces peuples. Nous avons visité les communautés chrétiennes, environ 92, en équipe avec les deux prêtres de la paroisse. Nous motivons l'expérience de la foi et l'engagement chrétien, aux côtés des enseignants des établissements d'enseignement primaire et secondaire, avec lesquels nous recherchons une formation aux valeurs et la préparation aux sacrements de l'initiation.

En ce qui concerne la santé, nous constatons que la politique de santé concerne exclusivement les populations vulnérables, à cause du système bureaucratique. C'est pourquoi nous fournissons des soins de base à partir d'une trousse paroissiale, principalement aux personnes âgées de langue quechua plus âgée.

En réponse aux risques sociaux et à la protection des adolescents, en particulier des femmes, et de notre contribution à l’éducation, nous avons un «refuge» pour les étudiants du secondaire, un projet qui accueille des chic @ s avec des ressources économiques limitées et des populations éloignées de la capitale du district.

DÉFI ET ENGAGEMENT DE LA MISSION

La mission de l'Église est silencieuse, mais respectée et connue du peuple. On peut dire qu'il y a une crédibilité et dans de nombreux moments de conflit social dus aux demandes de la population en matière agraire, d'être affectés par un itinéraire menant à la zone d'extraction de gaz (Camisea) ou par des problèmes de corruption d'autorités telles que la communauté de Carmelitas. Missionnaires, nous sommes
référent de soutien, d'espoir et de médiation. Nous sommes pour le peuple en tant que "mère" vers laquelle les enfants se tournent et cherchent conseil, réconfort et protection.

Être sur cette mission, en territoire amazonien, représente aujourd'hui plus que jamais un défi délicat et complexe de la présence évangélisatrice. Sur l'invitation du "Laudato si" du pape François, la déformation des forêts fait que nos pays souffrent de la déforestation, la pollution de l'eau ne peut être ignorée ... C'est un appel pressant à "prendre soin de la maison commune" et Défendre la vie