Nous avons enfin fait une pause dans les mesures de protection contre la pandémie et repris les missions d'été avec les jeunes. Cette année, elles ont eu lieu du 16 au 22 janvier dans la commune rurale de Peralillo, dans la région VI. Nous sommes allés en mission dans les villages de El Barco, San Miguel et Cardos Casas. Comme pour tout ce qui a été repris après la pandémie, il a été difficile de réunir les jeunes. Les jeunes réunis : Víctor Araya Cáceres, Manuel Aquez Esquivel, Valeria Rojas Flores ; Valeska Puebla Muñoz, membre du CMS ; Paola Pereira Rojas-Aspirante et les sœurs Sandra Henriquez, Pastora Perez et Luisa Escobar. La première chose qui nous a préoccupés était le petit nombre de missionnaires, mais nous avons rapidement surmonté ce problème et nous nous sommes mis au travail avec le meilleur esprit. C'est ainsi que nous avons réussi à visiter presque toutes les familles dans les lieux où nous avons été distribués. Peu, mais bien ! 

Notre itinéraire était axé sur la visite des familles. Le matin, à 8h30, nous priions tous les matins, puis nous prenions le petit déjeuner et partions pour chaque communauté à 10h00. Nous ne nous voyions pas avant le soir. Nous sommes d'abord arrivés à 21 heures, puis l'horaire a été prolongé jusqu'à 23 heures. Nous attendions l'arrivée du dernier groupe, nous partagions l'expérience de la journée et nous terminions la journée par une prière pour commencer le reste.

                Nous avons constaté un vif intérêt pour l'accueil des personnes avec lesquelles nous partageons la vie et la foi. La pandémie a bouleversé la vie de ces familles, en particulier des personnes âgées. Nous avons trouvé de nombreux cas de solitude, même si elles ont leurs soignants, le fait de ne pas pouvoir participer à la vie normale de leur famille et de leur communauté les fait se sentir seules. Nous avons entendu parler de l'épuisement physique et de la foi de tant d'aidants qui sont même au-delà de leurs forces pour s'occuper de leurs parents, grands-parents ou voisins. Nous avons également entendu les grands espoirs de celles qui dirigent les communautés, toutes des femmes, de relever la vie de leurs frères et sœurs qui dorment à cause de la pandémie et de l'expérience de la sécheresse que nous vivons en tant qu'Église chilienne.

                Nos jeunes missionnaires ont fait de leur mieux pour marcher, écouter et partager la foi avec les familles lors des visites à domicile, et avec le groupe le plus engagé dans les communautés de base. Ils ont répandu la joie et l'affection et ont reçu avec autant de force la gratitude et la tendresse des personnes visitées. Le jour de notre retour, nous nous sommes arrêtés à la maison de retraite St Joseph, une communauté de sœurs missionnaires carmélites, afin que les jeunes puissent connaître une autre mission. Ils ont partagé avec les sœurs et les résidents. Ce fut un après-midi riche en émotions. A la fin de la journée du 22, dans la soirée, ils sont rentrés chez eux, les uns à Vicuña au nord et les autres à Nacimiento au sud du Chili.

Nous avions besoin de la mission d'été avec les jeunes ; ils donnent motivation et espoir à notre vie et à notre vocation. Ainsi, petit à petit, main dans la main avec Jésus, nous reconstruisons notre chemin, nous ravivons la mission. Là où la Gloire de Dieu nous conduit... le nombre est la moindre des choses.

Luisa Escobar, cm

fr_FRFR
Partager ceci