Aujourd'hui, nous passons à ce que nous avons vécu dans le quartier Amara à Saint-Sébastien. Où les sœurs Carmélites Missionnaires clôturent une étape de la vie et de la mission au Collège "El Karmelo" ...

Adieu aux missionnaires carmélites du Colegio de San Sebastián

100 ans d'histoire

Ce fut une décision difficile mais qui devait être prise et prise, il est temps que les sœurs abandonnent ce qui, non sans effort, a été notre maison pendant 53 ans. Le terrain de l'école a été acheté en 1955 et les activités éducatives et sociales ont commencé en 1967, soit 12 ans plus tard. Je crois que les sœurs auraient ce temps sans fin.

Le bâtiment a accueilli jusqu'à trois communautés, l'école, la résidence pour jeunes et la paroisse de San José, qui ont commencé à fonctionner deux ans plus tard, en 1969.

Vous avez lutté, vous avez vécu, vous avez prié, vous avez été éduqué, vous avez pleuré et vous avez beaucoup ri tout au long de ces 53 années. Nous nous sommes adaptés aux différentes lois éducatives, aux transferts en matière éducative vers les autonomies, pour assumer les modèles linguistiques. Nous sommes passés du modèle A au modèle B et B renforcé, favorisant les professeurs et les sœurs diplômés en basque.

En 2010, la communauté éducative a reçu le Silver Q for Educational Excellence.

De quatre mois à 18 ans dans les différentes étapes. Du centre féminin à la mixité.

La culture basque a été assumée et promue: sa langue, ses fêtes, sa culture: Tamborrada Infantil (1990), Chaudronniers, sports ... avec le soutien des familles, de l'AMPA.

Aujourd'hui, 12 juin 2020, dans un contexte défavorable à la pandémie, nous nous réunissons pour mettre définitivement fin à cette étape. Les sœurs qui forment actuellement la communauté: Esperanza Izco, Pilar Lazkano, M Pilar Nistal, Begoña Bolinaga, Begoña Arregi, M Luisa Lapeira et M Ángeles Maguregui sont en charge de recevoir cet hommage-adieu de la communauté éducative du Collège, de le PPCC et la paroisse. C'était un acte simple et émotionnel. Les enseignants, actuels et anciens, membres de différentes AMPA, certains étudiants, PPCC Ion, José Pablo et Germán, des gens de la paroisse, des amis et des sœurs ont eu la chance de les accompagner Marta Peiró, María Rallo, Gemma Martín , Carmen Insausti, Purificación Nebreda et moi. Nous avons tous «représenté» car, bien que nous voulions tous être là, ce n'était pas possible, la capacité était limitée par le problème de la pandémie et les transferts étaient très justifiés. Les années passées et les masques ont créé des surprises: mais qui êtes-vous? Ce qui, inévitablement, se termina par un sourire reflété dans les yeux. Cette saison est l'occasion d'apprendre à sourire et à accueillir avec vos yeux.

Au début de l'Eucharistie, qui était également à la mémoire de Sr Purification Goti, qui nous a quittés presque soudainement au milieu d'une pandémie, Sr Gemma a rappelé comment nous étions à Gipuzkoa depuis 100 ans et a souligné les différentes présences. Maintenant, la communauté de la Villa reste un symbole et un belvédère, face à la mer.

Dans les offrandes, nous portons des volumes de l'histoire de la Congrégation qui parlent de notre séjour à Guipuzkoa (2 et 4), des manuels scolaires et des crayons de couleur, un bouquet de fleurs et du pain et du vin.

Le chœur composé d'étudiants et d'anciens élèves et d'une mère a très bien chanté; Nous avons été particulièrement touchés par la chanson post-communion "If You Have Faith" du film "Le Prince d'Egypte": Il y aura des miracles aujourd'hui si vous avez la foi, l'illusion ne mourra pas, un grand miracle aujourd'hui je verrai enfin, si vous avez la foi vous y arriverez, vous pouvez si vous avez ...

A la fin de l'Eucharistie, merci à S. Marta Peiró, Edurne, l'actuelle directrice, Miriam, la présidente de l'AMPA et S. Charo Alonso.

Fleurs pour les sœurs et de l'AMPA un souvenir en méthacrylate: "A nos sœurs, avec affection et gratitude, pour la marque que vous laissez sur tant de générations de Saint-Sébastien" et une photo de l'école très spéciale, toute enneigée.

Souhaits, promesses, remerciements ... famille, proximité, amitié ... une longue étape se termine où sœurs et laïcs, chacun de son domaine, ont donné la VIE. Non, ce n'était pas facile, mais ça valait le coup.

Al Le lendemain, nous avons partagé l'Eucharistie dans un format très similaire dans la communauté paroissiale.

Un conseil avec une phrase de Pau Dones: "Soyez heureux car la vie est URGENTE". Et un vœu, en témoignage, du Maître par excellence, Jésus de Nazareth: "Aimez-vous comme je vous ai aimés".

Il est temps de boucler le cercle: "Si le grain de blé ne tombe pas par terre et ne meurt pas, il ne sera pas fructueux". Nos cœurs reconnaissants partent, pleins de noms.

Mª Victoria (Charo) Alonso cm