SYMBOLEL'image et la relique de Palau, Livres : Histoire des Sœurs Missionnaires Carmélites, Écrits de Francisco Palau, et Constitutions.

PRÉPAREZ-VOUS : Coupures de presse sur la pandémie, bougies/template avec les noms des sœurs décédées du Covid-19 et d'autres décédées entre-temps.

Introduction

 En février 1872, alors qu'il était pleinement immergé dans son travail apostolique et fondateur, le père Francisco Palau a entendu parler d'une épidémie de typhus à Huesca et est immédiatement allé aider Juana Gratias et les sœurs de l'hôpital d'Estadilla. La providence a voulu qu'il tombe finalement malade, ce qui s'est ensuite aggravé et a conduit à sa mort le 20 mars 1872, en présence de ses filles spirituelles dans sa plus jeune fondation à Tarragone.

La fidélité à son option de servir l'Église dans les milieux les plus abandonnés et dépossédés de la société de son temps l'a conduit à soigner les personnes infectées par la peste. Il l'a fait avec ceux qui ont fait le voyage de la vie avec lui.

La vie et la mort de Francisco Palau ont laissé une marque profonde, non seulement sur les sœurs et les frères qu'il a fondés, mais aussi sur tous ceux qui ont eu la chance de le connaître. En fin de compte, il a héroïquement rempli sa sainte mission, preuve de son amour pour Dieu et pour sa bien-aimée, l'Église.

150 ans plus tard, le bienheureux Francisco Palau continue de partager sa mission à travers la vie de ses fils et filles spirituels dans les Sœurs Missionnaires Carmélites et le Carmel Missionnaire Séculier. À l'instar des problèmes de son époque, ces dernières années ont également été marquées par une pandémie mondiale qui a mis en évidence les inégalités persistantes au sein de notre société et a touché de manière disproportionnée les populations les plus vulnérables. En plus de sa portée mondiale, la pandémie de COVID-19 a également pénétré dans nos propres maisons et communautés. Nous aussi, comme le père Palau, nous avons lutté courageusement dans cette mission de soins et de service aux malades, d'autant plus que certains d'entre nous, nos sœurs et nos proches, en ont fait l'expérience directe, tandis que certains ont même succombé à la mort.

En commençant ce Triduum en l'honneur du 150ème anniversaire de la mort de notre bien-aimé Père Fondateur, nous nous souvenons de son courage dans la vie et de sa fidélité à la vocation ecclésiale spéciale à laquelle il a été appelé et qui continue à vivre dans la famille du Carmel Missionnaire. En cet anniversaire significatif, nous célébrons également le don de la communion dont l'Esprit Saint nous a gratifiés à travers la vie et les œuvres du père Palau, un don dont le monde a continuellement besoin.

Marchons ensemble avec le "Seigneur de la vie", afin que nous aussi soyons renforcés dans notre vocation et notre mission en tant que famille du Carmel Missionnaire, fils et filles du Bienheureux Francisco Palau.

Chant d'ouverture et procession des symboles :

  • P. Francisco Palau (O Cualquier Canción)

Allumage de la bougie

En silence, nous allumons les bougies et prions pour toutes les sœurs, les membres de la CMS et les millions de personnes qui sont mortes à cause du COVID-19, en demandant l'intercession du Bienheureux Francisco Palau pour leur repos éternel et la force et le réconfort de ceux qui restent.

Nous prions également pour que nous puissions imiter le Père Fondateur dans son amour passionné et son service à l'Église, en particulier aux malades et aux plus vulnérables.

Lecture des Écritures :

Mt. 13, 1-9

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison et était assis au bord de la mer. Et une grande foule s'étant rassemblée autour de lui, il monta dans une barque et s'assit, et tout le peuple se tenait sur le rivage. Et il leur raconta beaucoup de choses en paraboles, disant : "Voici, le semeur est sorti pour semer ; et comme il semait, quelques graines sont tombées au bord du chemin, et les oiseaux sont venus les manger. D'autres sont tombés sur les endroits rocheux, où ils n'avaient pas beaucoup de terre ; et ils ont poussé aussitôt, parce qu'ils n'avaient pas de profondeur de terre. Mais quand le soleil s'est levé, ils ont été brûlés, et comme ils n'avaient pas de racine, ils se sont desséchés. D'autres sont tombés parmi les épines, et les épines sont remontées et les ont étouffés. Mais d'autres sont tombés sur la bonne terre et ont donné une récolte, certains au centuple, d'autres à soixante, d'autres à trente. Que celui qui a des oreilles entende".

Réflexion

La vie et la mort du père Francisco Palau est comme celle de la graine de l'Évangile qui est tombée sur une bonne terre. Lorsque la graine tombe sur la bonne terre, elle meurt, elle renonce à sa propre identité, elle disparaît complètement aux yeux du monde, elle semble être terminée et ne plus exister... tout dans la graine prend fin. Lorsque l'effort terrestre cède, le divin prend le relais. Quand il semblait que c'était la fin sur la terre, il y a le début du ciel. Ainsi, la fin est toujours le début ; le début d'une nouvelle vie avec sa nouvelle vigueur, sa nouvelle identité avec son nouveau visage, est bien plus dynamique que son origine. Car il acquiert le pouvoir surnaturel de répandre ses branches, son parfum sur toute la terre. C'est la vie et la mort du Père Palau : il a donné naissance à une vie nouvelle, qui a porté ses fruits dans la vie des Sœurs Missionnaires Carmélites et des Carmélites Séculières. Elle a pris racine dans le sol espagnol et a étendu ses branches à tous les continents. Nous sommes les fruits de cette graine qui a donné sa vie totalement pour nous donner une nouvelle naissance.

Nous te remercions, Seigneur, d'avoir semé cette graine dans la terre. Tu es le Seigneur de la vie et de la mort. Comme tu as le pouvoir sur la vie et la mort, nous te remercions pour le 150e anniversaire de la mort de ton serviteur et de notre fondateur, qui a donné sa vie par amour pour toi. Nous t'adorons et te glorifions pour le travail merveilleux que tu as accompli dans la vie de ses fils et filles spirituels pour porter le Charisme dans le monde entier. Nous prions pour que la vie qui a germé dans la famille du Carmel Missionnaire puisse fleurir et continuer à répandre son parfum sur toute la terre.

Silence

 

Texte palautien suggéré

Histoire des Sœurs Missionnaires Carmélites

Souvenons-nous de la mort historique de notre fondateur bien-aimé, le père Palau, qui est décédé alors qu'il rendait visite aux religieuses qui servaient activement à l'avancée de la maladie, comme dans la pandémie actuelle.

"À la mi-février 1872, Francisco Palau se rendait à Aytona. En arrivant dans sa ville natale, il apprend qu'une épidémie de typhus s'est déclarée à Calasanz (Huesca), près d'Estadilla, et que Juana Gratias a décidé d'aller aider les victimes. Avec deux autres sœurs d'Aytona, elle s'est rendue à Calasanz pour soutenir et aider Juana. Elle est retournée à Calasanz lorsque Juana a attrapé la maladie, et est rentrée à Barcelone en toute tranquillité d'esprit lorsqu'elle a appris que Juana Gratias était hors de danger...... Quelques jours plus tard, Francisco Palau meurt à Tarragone. De façon tout à fait inattendue, mais providentielle, il s'était conformé à la règle qu'il venait de compléter dans la constitution qu'il venait d'envoyer aux communautés : "Si une épidémie est déclarée dans un endroit quelconque, le directeur enverra des autres maisons toutes les infirmières disponibles nécessaires pour aider les malades"... Sa dernière rencontre avec lui s'est faite sur le terrain apostolique le plus risqué et le plus héroïque". (Histoire,Vol-I, pg.291)

 

Prière de clôture

 Dieu, Père tout-puissant et éternel, dans ta Parole nous vivons et nous mourons. Nous vous offrons les âmes de tous ceux qui sont morts à cause de cette pandémie, nous vous demandons par l'intercession de notre Père Francisco Palau qui a lui-même servi les victimes de la pandémie et a donné sa vie, se révélant être un vrai fils du Carmel, de nous guider pour affronter ce temps de pandémie avec courage et d'offrir du réconfort aux malades et aux souffrants. Nous faisons cette prière par le Christ notre Seigneur. Amen.

fr_FRFR
Partager ceci